Retour à la grille

The Rolling Stones – Exile on Main St. (1972)

Votre note de cet album
Pas Terrible(1)Moyen(2)Bon(3)Très Bon(4)Excellent(5) (1 vote(s), moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Comment ne pas faire apparaitre ce groupe énorme dans ce “Grand Juke Box” qu’est Lamineur ! Un Classique du Rock Jugé par les spécialistes (et je suis d’accord ) comme le Best des Stones Voici “Exile on Main St.” Rock’n’roll is for you !!

Ecouter avec Deezer

A propos de l'album / Anecdotes

Exile on Main St. est le dixième album du groupe rock anglais The Rolling Stones, sorti en 1972 et produit par Jimmy Miller. Seul double album studio des Rolling Stones, il explore toutes les facettes de la musique populaire américaine : rock'n'roll, blues, soul, gospel... Il est considéré comme un classique du rock et comme un des meilleurs albums des Rolling Stones.
Au printemps de 1971, les Rolling Stones ont dépensé l’argent qu'ils devaient en taxes et quittent la Grande-Bretagne avant que le gouvernement ne puisse confisquer leurs biens. Mick Jagger s’installe à Paris avec sa nouvelle épouse Bianca, et le guitariste Keith Richards loue une villa, Nellcôte, à Villefranche-sur-Mer, près de Nice. Les autres membres se sont installés dans le sud de la France. Un studio d’enregistrement approprié étant introuvable pour que le groupe pussent continuer à travailler sur l'album, le sous-sol de Nellcôte devient un studio improvisé à l’aide du camion de leur studio mobile.

L'usage de drogues de Richards l’a empêché d’assister aux sessions qui se déroulaient dans son sous-sol, tandis que Mick Jagger et Bill Wyman étaient souvent incapables d’assister aux séances pour d’autres raisons. Tout cela a souvent obligé le groupe à devoir enregistrer ses morceaux sous une autre forme. Un cas notable a été l’enregistrement de l’une des plus célèbres chansons de Richards, Happy. Enregistré dans le sous-sol, Richards a déclaré en 1982, « Happy était quelque chose que j’ai fait parce que j’ai été une fois au début d’une session. Il y avait Bobby Keys et Jimmy Miller. Nous n’avions rien à faire et soudain j'ai pris la guitare et j'ai joué ce riff. Nous avons enregistré la piste originale avec un sax baryton, une guitare et Jimmy Miller à la batterie. Et le reste est construit sur cette piste. C’était juste un jam d'après-midi. où tout le monde dit, « Wow, oui, travaillons dessus » ».

Auteur : bylgete

bYlGeTe in the place !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *